Liverpool décroche la League Cup face à Chelsea à l’issue d’une finale exceptionnelle


Qu’on se le dise, les finales opposant Chelsea et Liverpool à Wembley offrent un spectacle exceptionnel, d’une intensité folle, où les occasions s’enchaînent avec frénésie, sans pourtant aboutir à des buts. Ce scénario, qui s’était déjà produit en 2022 lors des finales de la League Cup (0-0, 11-10 t.a.b.) et de la FA Cup (0-0, 6-5 t.a.b.) remportées à l’arraché par les Reds, s’est répété presque à l’identique ce dimanche après-midi.

Mais alors qu’on se dirigeait vers une nouvelle séance de tirs au but, Virgil Van Dijk a surgi, sur un corner tiré par Kostas Tsimikas, pour marquer de la tête (1-0, 118e), et offrir ainsi une nouvelle League Cup à Jürgen Klopp, qui peut toujours espérer boucler sa dernière saison à Liverpool par un improbable quadruplé (les Reds sont toujours en lice pour remporter la FA Cup, la Premier League et la Ligue Europa).

Deux poteaux, deux buts refusés

Avant ce but tardif, les deux équipes s’étaient rendues coup pour coup, portées par 88 868 spectateurs extatiques, au sein desquels les Liverpuldiens ont suscité un tintamarre de tous les diables depuis la première mi-temps de la prolongation. Dans un étonnant effet de miroir, Liverpool et Chelsea ont en effet chacun touché un montant, via respectivement une tête de Cody Gakpo (40e) et une reprise de Conor Gallagher (76e), et se sont vus refuser, après intervention du VAR, des buts que pensaient avoir inscrits Virgil Van Dijk (60e) et Raheem Sterling (32e).

Mais surtout, lors de cette finale au cours de laquelle 43 tirs ont été adressés au total, les deux formations se sont procurées un nombre ahurissant de situations dangereuses. Sauf que les gardiens Caoimhin Kelleher (20e, 90+2e, 111e), pour Liverpool, et Djordje Petrovic (58e, 94e, 116e), pour Chelsea, ont réalisé à tour de rôle des parades splendides.

Disasi et Gusto en difficulté en début de match

Le match a été également marqué, notamment en première période, par un pressing intense des deux côtés, qui a d’ailleurs abouti à plusieurs maladresses des défenseurs français de Chelsea, Axel Disasi (14e, 16e, 40e) et Malo Gusto (3e, 20e, 42e). Ces deux-là ont été plus en vue ensuite, à l’image de leurs coéquipiers, puisque les Londoniens ont connu un gros temps fort au début de la seconde période du temps réglementaire.

Mais au final, le succès liverpuldien apparaît mérité, notamment parce que les Reds, alors qu’ils étaient privés pour cette finale d’un nombre important de cadres (Alisson, Mohamed Salah, Trent Alexander-Arnold, Darwin Nunez…), ont élevé progressivement leur niveau de jeu. Au point de se montrer plus véhéments que leurs adversaires en prolongation, sous l’impulsion de remplaçants pourtant inexpérimentés au haut niveau, à savoir Bobby Clark (19 ans), James McConnell (19 ans) et Jayden Danns (18 ans). Cette jeunesse fougueuse a donc contribué au fait que Liverpool remporte ce dimanche sa dixième League Cup, ce qui constitue évidemment un record.



Source link

Leave a Comment