l’eurodéputée Valérie Hayer doit être désignée tête de liste de la majorité présidentielle


Avant de faire son entrée au Parlement européen, en 2019, Valérie Hayer a exercé plusieurs mandats d’élue locale en Mayenne, département rural. Son nom n’était pas une évidence.


Publié



Mis à jour



Temps de lecture : 1 min

L'eurodéputée Renew Valérie Hayer, lors d'un séminaire de la majorité, à Metz, le 27 août 2022. (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

L’eurodéputée Valérie Hayer doit être désignée tête de liste de la majorité présidentielle aux élections européennes, a appris franceinfo dimanche 25 février de source proche de l’exécutif, confirmant une information de La Tribune dimanche. Âgée de 37 ans, elle a succédé à Stéphane Séjourné à la tête du groupe Renew (Renaissance) au Parlement européen, après qu’il a été nommé ministre de l’Europe et des Affaires étrangères.

En pleine crise agricole, le profil de Valérie Hayer présente plusieurs avantages. Elle est née à Château-Gontier, en Mayenne, un département rural. Elle-même est fille et petite-fille d’agriculteurs, souligne France Bleu Mayenne. Avant de faire son entrée au Parlement européen, en 2019, elle a exercé plusieurs mandats d’élue locale. Elle a notamment été vice-présidente du département d’avril 2015 à juillet 2019.

Jean-Yves Le Drian et Julien Denormandie ont décliné

Le nom de Valérie Hayer n’a toutefois pas été une évidence. Emmanuel Macron a testé d’autres profils comme Jean-Yves Le Drian et Julien Denormandie, respectivement ministre de l’Europe et des Affaires étrangères et ministre de l’Agriculture lors de son premier quinquennat. Les deux ont décliné. Être tête de liste des macronistes aux européennes “n’est pas à l’ordre du jour, ni d’actualité”, affirmait ainsi Julien Denormandie le 6 février sur franceinfo.

Valérie Hayer a accompagné Emmanuel Macron au Salon de l’agriculture, samedi. Elle était notamment présente au moment où le président de la République a inauguré l’évènement en coupant le ruban. Sur une photo qui a immortalisé ce moment, on la voit derrière le chef de l’État. “C’était le bazar, et puis le président prend la lumière”, commente un de ses proches.

Cette scène donne un aperçu de la campagne qui s’annonce, avec un président en première ligne. Au Salon de l’agriculture, Emmanuel Macron a chargé le Rassemblement national, favori du scrutin, dénonçant son programme “de décroissance et de bêtise”. Lors des dernières européennes, en 2019, il s’était déjà largement investi dans la campagne, à tel point que son visage figurait sur une affiche.





Source link

Leave a Comment