Lens – Monaco : cette si cruelle et terrible 92e minute…


Celle-là, il va falloir la digérer et s’en relever. Un deuxième coup d’assommoir comme ça, à la 92e minute, c’est terrible, vraiment cruel même. Il va falloir de sacrées ressources pour s’en remettre. Et pourtant, on n’a quasiment aucun doute sur le fait que les hommes de Franck Haise vont se redresser. Comme ils ont su repartir au combat après la désillusion de l’élimination de jeudi en Ligue Europa, et comme ils n’ont jamais lâché après avoir pourtant été menés 2-0 par Monaco, ce dimanche.

S’il cherche encore les explications à ce début de match raté, Franck Haise a remarqué que son équipe a eu beaucoup de « cœur et de qualités dans l’animation, mais aussi certains manques qu’on paie contre ce type d’équipes ». Lens les avait déjà payés en Coupe de France début janvier (mené 2-0 après 21 minutes) contre ce même Monaco qu’il avait cru retourner avant d’échouer dans une incroyable séance de tirs au but (3 arrêts de Samba).

Monaco est une belle équipe, avec des individualités très fortes, mais ce sont les tauliers lensois qui sont partis à la faute. Ceux qu’on n’attendait pas. Danso qui se fait bouger par Balogun qui surprend ensuite Samba (19e), puis ce même Samba qui dégage mal une tentative de Ben Yedder avant de mettre dans son but la reprise de Minamino (30e).

La réduction du score par Wahi a heureusement vite relancé une rencontre (1-2, 32e) devenue encore un peu plus folle alors que Samba face à Ben Yedder (6e), Gradit devant Minamino (23e) avaient déjà évité le pire. C’est Majecki qui sauva alors l’ASM en enlevant une frappe pas assez appuyée de Wahi après un service magique de Pereira da Costa (37e). À l’énergie, au mental, exploitant aussi le changement tactique à la pause (Sotoca à la place de Gradit), les Lensois auraient pu égaliser, mais Diouf croqua le cadeau de Sotoca qui termina sur le poteau (58e). Un Sotoca malheureux ensuite. Ouattara lui marcha sur le talon, arracha chaussure et chaussette, ce qui laissa Monsieur Letexier inflexible (59e). Incompréhensible.

Mauvaise opération dans la course à l’Europe

Il le fut moins lorsque Minamino tamponna Samba et se retrouva déséquilibré. Cette fois, et avec la VAR en plus, il siffla penalty (79e). Samba stoppa la tentative de Balogun pour préserver l’avantage obtenu deux minutes plus tôt : Saïd catapultant en deux temps sous la barre un nouveau centre de Sotoca (2-2, 77e). Le match aurait pu basculer pour Lens qui, après sa fébrilité défensive du début, se retrouva sans réalisme. Il ne parvint pas à retourner la rencontre comme l’avait fait Fribourg jeudi. Et au contraire, sur un contre, Minamino crucifia les Lensois (92e). « C’est une frustration énorme », concéda Franck Haise. « Comme on a beaucoup de cœur et de qualités, on revient à 2-2, on aurait pu mettre le troisième ou le deuxième plus tôt. C’est ce qui nous manque pour être encore plus haut au classement. »

Une mauvaise opération dans la course à l’Europe mais qui confirme les difficultés de Lens face aux gros (1 point pris sur 21 face au top 5). Et il y en a encore quatre qui arrivent…

Image





Source link

Leave a Comment