le luxe discret et très british de Victoria Beckham


Pantalons et cols roulés de couleur sombre et duffle-coat : c’est en béquilles que l’ex-chanteuse des Spice Girls a présenté sa collection automne-hiver 2024-25.

France Télévisions – Rédaction Culture


Publié



Mis à jour



Temps de lecture : 1 min

Images du défilé de Victoria Beckham, le 1er mars 2024 à Paris (JULIEN DE ROSA / AFP)

Un pied dans le plâtre, l’autre dans un escarpin, la créatrice de mode Victoria Beckham est allée au bout de son défilé vendredi, un an et demi après avoir intégré le prestigieux calendrier de la Fashion Week parisienne, où elle a fait ses preuves.

La collection hivernale de la styliste britannique respecte les codes du “luxe discret”, avec des femmes en silhouettes très taillées, pantalons et cols roulés réconfortants de couleur sombre, enveloppées dans des duffle-coat très “british” remontés jusqu’aux joues.

Un défilé éclairé à la bougie

Chez “VB”, pas d’imprimés, pas de juxtaposition, mais quelques audaces, comme la première silhouette, un tailleur trompe-l’œil noué au cou, flottant au vent.

Le défilé était organisé dans un somptueux hôtel particulier du 8e arrondissement de Paris, éclairé à la bougie, dans une ambiance romantique et classique.

Victoria Bekham à son défilé à la Fashion Week parisienne (1er mars 2024) (JULIEN DE ROSA / AFP)

La très médiatique famille Beckham avait pris place au premier rang : l’aîné de la fratrie, Brooklyn, 24 ans, au bras de sa femme Nicola Peltz-Beckham, Cruz, 19 ans, ainsi que la dernière, Harper, 13 ans, très émue après le show, dans les bras de son père, le footballeur David Beckham, qui n’a pas caché ses yeux rougis et a qualifié le défilé d'”absolument incroyable”.

L’ex-chanteuse des Spice Girls, âgée de 49 ans et forte de 32 millions d’abonnés sur Instagram, et son mari ont ouvert les portes de leur intimité pour un documentaire Netflix diffusé en octobre.

Malgré ses soutiens, la marque Victoria Beckham a eu du mal à faire des bénéfices mais la situation est en train de changer, d’après les déclarations de ses actionnaires. Pour relever la barre, la Britannique a fait appel à quelques acteurs français majeurs comme l’homme d’affaires Ralph Toledano et misé sur la parfumerie et la cosmétique.





Source link

Leave a Comment