L’Américaine Iris Apfel, autoproclamée « starlette gériatrique » de la mode, est morte à 102 ans


Iris Apfel, icône excentrique de la mode à New York, sujet d’expositions et star d’Instagram, est morte vendredi 1er mars, à 102 ans, a annoncé son compte officiel sur le réseau social. « Iris Barrel Apfel, 29 août 1921 – 1er mars 2024 », peut-on lire sur la publication accompagnée d’une photo d’elle vêtue d’une longue robe à motifs dorés. Elle était encore active sur le réseau la veille.

L’autoproclamée « starlette gériatrique » du Queens avait récemment signé une collection pour H&M, après de multiples collaborations, avec notamment Citroën, Magnum, Happy Socks, MAC. Elle avait aussi participé à la création d’une poupée Barbie.

Comptant 2,9 millions d’abonnés sur Instagram, la centenaire assistait encore aux présentations et aux défilés des grands couturiers, arborant, dans sa chaise roulante, son immense sourire carmin.

Son mantra : « Oser être différent. » Son secret : ne jamais avoir cessé de travailler. « Essayez de nouvelles choses. Ne vous laissez pas impressionner par l’âge et les nombres. » Iris Apfel était parvenue à acquérir la « maîtrise de l’art de vivre », a résumé le musicien Lenny Kravitz sur Instagram.

Née en 1921 dans une famille juive du Queens, à New York, Iris Apfel a étudié l’histoire de l’art. Décoratrice d’intérieur, elle a participé à des travaux de rénovation de la Maison Blanche pour neuf présidents, de Harry Truman à Bill Clinton.

Pendant des décennies, elle a amassé une collection de vêtements des plus grands couturiers du XXe siècle, qui remplissent deux étages de son appartement de Park Avenue. En 2005, le Metropolitan Museum of Art avait consacré une rétrospective à cette garde-robe. Pour ses fameux bijoux, elle racontait se fournir aussi bien chez Tiffany & Co. que dans les bazars de Harlem.

« Tu as du style »

« Un jour, on m’a dit : “Tu n’es pas jolie et tu ne le seras jamais. Mais ce n’est pas grave. Tu as quelque chose de bien plus important : tu as du style” », avait-elle coutume de raconter. En 2016, elle avait été simultanément l’objet d’une exposition au Bon Marché, à Paris, le visage d’une nouvelle campagne de publicité de Citroën et d’une marque australienne de prêt-à-porter, Blue Illusion.

En 2014, Albert Maysles lui avait consacré un documentaire, Iris. En 2015, après soixante-sept ans de vie commune, elle avait perdu son mari, Carl, un industriel du textile, mort à 100 ans. Adepte des silhouettes colorées, Iris Apfel appelait les femmes à se départir de l’« uniforme des collants ou jeans noirs avec un pull, des bottines et une veste en cuir ».

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu



Source link

Leave a Comment