Jean-Luc Reichmann se confie sur sa relation avec sa compagne Nathalie Lecoultre sur le tournage de Léo Matteï


Jean-Luc Reichmann dans «50’Inside»
Capture d’écran

Depuis plus de dix ans, l’animateur et comédien évolue dans la peau d’un commandant de police d’une brigade des mineurs. Et il a souhaité réaliser ce projet aux côtés de sa compagne dans la vie.

Celui qui réunit les Français chaque midi depuis 30 ans. Jean-Luc Reichmann est la figure des « 12 coups de midi » sur TF1, véritable rendez-vous. En plus d’être animateur, l’homme de 63 ans porte la casquette de comédien. Actuellement, il joue sur les planches au Théâtre des Nouveautés dans la pièce Le Bracelet d’Isabelle Mergault.

Au travers de la série Léo Matteï : brigade des mineurs, Jean-Luc Reichmann souhaite faire de la protection des enfants et du harcèlement son combat. « Il faut continuer à se battre, continuer à parler. Il ne faut pas laisser ces gens seuls. Le pire ennemi pour un enfant c’est le silence », a-t-il confié face à Isabelle Ithurburu ce samedi 2 mars dans le portrait de la semaine de « 50’ Inside ».

C’est l’animateur télé qui a créé cette série, conjointement avec Michel Alexandre mais également avec sa compagne Nathalie Lecoultre. Le couple souhaitait faire quelque chose ensemble et c’est ainsi que le projet est né. « Vu qu’on a six enfants – famille recomposée – on s’est dit qu’on allait peut-être essayer de laisser quelque chose à nos enfants. Du moins pour les enfants des autres, les parents et les grands-parents », a expliqué Jean-Luc Reichmann.

Il a ainsi fait le choix de mélanger vie privée et vie professionnelle en travaillant avec sa compagne sur le tournage de la série. Pourtant, en aucun cas il y voit de difficulté particulière. « Ce qui a d’intéressant c’est qu’on est très très complémentaires. […] On n’a pas besoin de se parler. Quand elle dit “coupez”, au son de coupez je sais s’il faut refaire une prise ou non. Mais c’est dingue, parce qu’elle peut le murmurer avec 50 personnes autour et je sais qu’il faut refaire », a-t-il précisé. Et de poursuivre : « on gagne du temps, une belle énergie et on partage surtout ».


data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js”
>



Source link

Leave a Comment